Association
des Bibliothécaires
de France

Retraites !

  mise à jour le 08 juillet 2017

   


Daniel Le Goff, bibliothécaire voyageur

 

Daniel Le Goff est un passionné de voyages. Il a donc commencé à voyager dans les livres, puis dans les bibliothèques, puis dans les pays où il y a des livres et des bibliothèques, puis sur les sites où l’on parle des livres, des bibliothèques et des pays au point de devenir lui-même un pays. Un pays rieur, avenant, accueillant, chaleureux, d’une redoutable activité et d’une folle énergie.

Daniel commence à exercer le métier en septembre 1981 comme conservateur vacataire à la bibliothèque du Trocadéro de la Ville de Paris. Il quitte ensuite le cœur de la capitale pour se retrouver en banlieue, d’abord à Montreuil-sous-Bois, puis à Fontenay-sous-Bois, lieux où il découvre véritablement ce que lecture publique veut dire. Il prend conscience au quotidien combien la bibliothèque est une véritable institution de développement de la citoyenneté. Militant du livre jusqu’au bout des ongles, il continue son exploration du monde en franchissant les frontières de l’hexagone. En janvier 1990, il est nommé directeur de la bibliothèque de l’Institut français de Marrakech où il passera sept ans de bonheur (avec Marie) dont il ne reviendra jamais complètement. C’est pour en faire un délicieux souvenir qu’il décide en septembre 1996 de partir pour Beyrouth où il restera cinq ans comme responsable du secteur livre/édition/médiathèques de l’Ambassade de France. Beyrouth, c’est la capitale de l’édition du monde arabe. Un phare culturel où le Bureau du livre et des bibliothèques du réseau français au Liban occupe une place majeure en termes de développement de la Francophonie. Daniel a notamment en charge l’organisation et le commissariat général du Salon du Livre francophone de Beyrouth « Lire en français », le 4e au monde avec 100 000 visiteurs. Et puis, comme souvent chez les bibliothécaires voyageurs, la nécessité de revenir au pays s’impose irrémédiablement. D’autant que l’on change de siècle. En septembre 2000, il prend la direction de la Bibliothèque départementale de l’Aisne, la première BCP de France. Six ans d’une activité féconde qui lui permettra de sillonner des territoires chargés d’histoire. La grande Histoire avec la Première guerre mondiale, et celle des bibliothèques, celles du CARD et de la Bibliothèque circulante de Soissons qui a préfiguré la BDP. L’Aisne n’ayant plus de secrets pour lui, Daniel décide, de lui-même, de rejoindre la Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges dont il devient le nouveau directeur. Comme la BFM est pôle associé de la BNF pour la Francophonie et le Patrimoine écrit en Limousin, il est visible que le choix de cette magnifique médiathèque n’est pas dû au hasard. Résistance et retour en avant sur le monde sont les mots clefs de cette aventure professionnelle à nulle autre pareille. Il voyagera beaucoup aux quatre coins du monde où on parle français, mais pas seulement. Et comme il est d’une générosité inouïe, élu des groupes ABF Picardie et Poitou-Charentes-Limousin, il a contribué puissamment à l’organisation de voyages à Londres, à Dublin, en Finlande et en Belgique/Pays-Bas. Secrétaire général de l’ABF en 2003-2004, il devient trésorier national jusqu’en 2006, fonction où il montre sa formidable capacité à résoudre toutes les équations, et elles étaient nombreuses ! Les chiffres, oui, mais aussi les lettres, suivant la formule d’égalité consacrée. Esprit facétieux, Daniel avait créé sur wordpress le blog « couvillencoul », d’un apport fort riche pour tous les bibliothécaires.

 

Voilà ! Daniel Le Goff prend sa retraite. C’est-à-dire qu’il va continuer à explorer les pays entre Bretagne et Maroc, avec, en prévision, pour 2016, un Tour d’Europe en camping car… avec Marie.

Philippe Pineau

 

Marie-Christine Plaignaud, née bibliothécaire

 

Marie-Christine Plaignaud est quasiment née bibliothécaire. Très tôt en effet, alors qu’elle était enfant, elle fut subjuguée par la venue régulière du bibliobus à l’école communale de Saint-Pardoux, en Haute-Vienne, l’attention aimantée par les livres bien rangés offerts au regard avide de la jeune lectrice, mais aussi par les gestes de la bibliothécaire, précis et efficaces dont la grâce et l’utilité lui apparaissaient d’une évidente nécessité. Afin d’expérimenter cette séduisante réalité, Marie-Christine, non seulement s’empara des livres et se mit à lire et à lire, mais organisa aussi la diffusion des livres entre toutes les personnes du cercle de famille, notion promise à une grande destinée. Elle attribuait à chaque parent une fiche de lecteur qu’elle tenait scrupuleusement à jour. Bref, Marie-Christine était déjà la bibliothécaire rigoureuse et enjouée que connaîtront ses collègues et amies tout au long de sa carrière. Une carrière qui se déroula entièrement à la BDP de la Haute-Vienne où elle entra en 1974 comme sous-bibliothécaire stagiaire, et dont elle prit la direction en 2004 après avoir assuré un an d’intérim. Fidèle à son département et à sa région, Marie-Christine n’en est pas moins intéressée par les autres cultures du monde ; et c’est pour mieux les connaître qu’elle entreprit de nombreux voyages à titre privé, certes, mais dont elle fit son miel dans son activité de bibliothécaire. A titre privé, mais aussi comme membre du groupe régional de l’ABF, puisqu’elle participa aux voyages que celui-ci organisa, en Finlande, en Belgique/Pays-Bas et en Espagne. Un point commun avec son voisin de Limoges, Daniel Le Goff, et qui n’est pas le seul, puisqu’elle succéda à Daniel comme trésorière du groupe Poitou-Charentes-Limousin et qu’elle occupe encore cette fonction dans le groupe Limousin. Autant dire que, par delà les nombreuses activités proposées par le groupe, la gestion financière a toujours été parfaite, reflétant exactement les choix pertinents décidés par les bibliothécaires.

Comme bibliothécaire professionnelle et comme administratrice ABF, Marie-Christine Plaignaud, a toujours été une défenseure déterminée de la lecture publique. Avec tact et délicatesse, elle sait écouter et transcrire toutes les bonnes idées qui rendront forme et force aux dossiers susceptibles de créer des innovations dans le métier et pour les citoyens, non sans avoir marqué de sa personnalité les dits dossiers. Ce travail d’équipe, porté par un humour au second degré, engendre une grande sérénité, ce qui peut sembler naturel dans le monde des bibliothèques, mais qui parfois fait défaut. C’est là le bel hommage que nous pouvons rendre à Marie-Christine dont l’extraordinaire mémoire la faisait surnommée gentiment et malicieusement IFPP (Infaillible Fichier Permanent Plaignaud). Un logiciel qui pourrait être adapté sur tous les SIGB de France et de Navarre pour maintenir chevillée au corps l’idée que ce qui prime avant tout, c’est l’humain.

Philippe Pineau