Association
des Bibliothécaires
de France

Bibliothèque(s) n°92-93 - Compléments au Focus

  mise à jour le 30 mai 2018

   


Témoignages

La rédaction a reçu beaucoup d’exemples très intéressants de partenariats entre bibliothèques françaises et bibliothèques en Afrique francophone. Voici quelques récits qui viennent compléter les quatre témoignages publiés dans Bibliothèque(s) 92/93.
Nous remercions l’ensemble des auteur-es qui ont accepté de partager avec nous leurs histoires.

 

Trois bibliothécaires grenobloises à Ouagadougou, Burkina Faso
Carine d’Inca, Céline Meulien, Elsa Vernay - Bibliothèque municipale de Grenoble

Dans le cadre d’une coopération entre les villes de Ouagadougou et Grenoble, nous nous sommes rendues à Ouagadougou en novembre 2017, à l'occasion de la Foire internationale du livre, dont le thème était "Livre et lecture dans le cadre familial".

L’objectif de cette mission d’une semaine était de proposer, c’était une première, des ateliers de formation sur les techniques d’animations autour du livre jeunesse. Trente bibliothécaires de tout le Burkina Faso, travaillant dans les centres de lecture du Ministère de la Culture, à la médiathèque municipale et à la bibliothèque de l’association ICCV (Initiative Communautaire Changer la Vie), ont suivi cette formation.

Pendant une journée, à travers différents ateliers, les apprenants ont pu expérimenter plusieurs manières de valoriser le livre : lecture à 2 voix, lecture d’un album sans texte… Ils ont appris à explorer des livres sous forme d’ateliers créatifs, par exemple en réalisant une fresque à partir d’une histoire écrite collectivement.

L’intérêt de cette formation a été leur restitution auprès de groupes scolaires accueillis pour la première fois par la Médiathèque municipale à cette occasion. Par ailleurs, ce temps de formation a été pour les apprenants, qui ne se connaissaient pas, l’occasion d’échanger sur leurs pratiques.

Nous avons eu également la chance de rencontrer l’équipe d’ICCV, association qui, sous l’impulsion de son co-fondateur, Simon Nacoulma, a créé une bibliothèque construite et conçue avec les habitants dans un quartier populaire. Nous avons nous-mêmes beaucoup appris auprès de cette équipe et de leur compétences professionnelles, échanges que nous aurons la chance de poursuivre lors de leur venue au Printemps du livre de Grenoble, au mois de mars, dans le cadre de l’accueil d’une délégation de Ouagadougou.

Photos © Elsa Vernay


Comité de Lecture Nord-Sud, de Pessac à Kinshasa
Isabelle Mandile, bibliothécaire, médiathèque Jacques Ellul, Pessac

La médiathèque Jacques Ellul de Pessac souhaitait faire découvrir à ses lecteurs des cultures et des littératures étrangères. Elle crée en 2011, un Comité de Lecture Nord-Sud Pessac-Kinshasa, en partenariat avec l'association Cœur Soleil de Pessac et l'Œuvre de Reclassement et de Protection des Enfants de la Rue (l'ORPER) de Kinshasa (RDC), en proposant une démarche plus participative afin d'échanger autour du livre. Ce projet fait suite à l’accueil du directeur pédagogique de l’ORPER, Alphonse Kabwe.

Le Comité de lecture Nord-Sud Pessac-Kinshasa se compose d'une dizaine de participants au Nord comme au Sud. Les livres ont été sélectionnés par chaque Comité, une année autour de la découverte de l'édition congolaise, une année autour de l'édition française. Une rencontre mensuelle est programmée tout au long de l'année afin de débattre, d'échanger, de découvrir les richesses de ces productions éditoriales. Ces échanges sont reliés par des courriers électroniques et un blog.

Tous les deux ou trois ans, nous avons la joie d'accueillir une personne du Comité Sud, invitée par l'association Cœur Soleil. Ces rencontres permettent d'approfondir les échanges entre les deux Comités. Afin de diffuser ces actions, des siestes littéraires animées par le Comité Nord ont été réalisées dans des manifestations telles que le Festival des Solidarités ou la Semaine des Afrique. Des thèmes d'actualité (le surnaturel, la guerre, la santé, les migrants, etc.) extraits des ouvrages sélectionnés ont été lus lors de ces siestes littéraires. Les succès de celles-ci, nous invitent à continuer cette belle aventure !

Photos © Médiathèque Jacques Ellul, Pessac


Un partenariat bibliothèques au Burkina-Faso avec l’association UNISAHEL
Madeleine Avrain & Anne Marinet-Renaud

L’expérience que nous présentons concerne la mission 2014 au Burkina, soutenue par UNISAHEL, sous l’égide de Jacqueline Gascuel, effectuée par deux bibliothécaires, membres de l'association : Madeleine Avrain et Anne Marinet-Redaud (3 semaines). L’enjeu était d’«accompagner» un important don (700 documents), livres jeunesse de la BM de Toulouse, ainsi que des livres neufs acquis en France et à Ouagadougou.

Sa répartition a permis d’actualiser le fonds de la petite bibliothèque de l’ASECD, suite à la création de 3 classes de maternelle et d’un projet éducatif et social dans un quartier « non loti » ; de conforter la bibliothèque de la MJCA; d’enrichir un embryon de bibliothèque au sein du collège récemment implanté en milieu rural à Bissiri par l’AMURT ; et surtout, de rencontrer sur le terrain les animateurs et responsables des structures. Pour clore notre mission, nous avons animé une journée de formation et d’échanges réunissant la dizaine d’acteurs des structures concernées, en charge de la documentation, partenaires d’UNISAHEL.

UNISAHEL achemine annuellement par conteneur des nouveautés (romans africains) destinés à l’un ou l’autre de ses partenaires, avec lesquels l’association reste en contact. En septembre 2017, une documentation spécialisée en agriculture a été sélectionnée (achats et dons d’éditeurs) et envoyée par conteneur à trois établissements d’enseignement agricole, dépourvus de documentation.

France : bibliothèques publiques, librairies (Tamery, Ombres Blanches), associations (ADIFLOR), éditions spécialisées (CIRAD, Quae)

Burkina : Ouagadougou (ASECD, MJCA) ; en milieu rural, Bissiri (AMURT) ; Koudougou (collège St Joseph Moukassa) ; Koupéla (lycée d’enseignement gal et pro St Philippe), Lioulgou (Lycée agricole et pastoral). En 2017, Nanoro (lycée agricole Ste Anne)


Partenariat entre Chambéry et Ouahigouya
Marianne Rouxin

La coopération entre les bibliothèques municipales de Chambéry et de Ouahigouya (Burkina Faso) s’inscrit dans le cadre d’un jumelage qui unit les deux communes depuis plus de 20 ans. Les premiers échanges ont démarré par la venue d’un bibliothécaire burkinabé en 2006, pour un stage de formation de 15 jours. Entre 2006 et 2013, les échanges se sont multipliés : 3 séjours de 15 jours de collègues burkinabés, 1 séjour d’une bibliothécaire chambérienne. Ces échanges ont abouti à la rédaction d’un projet de service pour la bibliothèque de Ouahigouya, projet sur lequel la municipalité de Ouahigouya et le service de la coopération internationale à Chambéry se sont un temps appuyés : informatisation, développement d’un secteur jeunes, coopération avec les classes, aide aux acquisitions et politique de dons de Chambéry, échanges littéraires dans le cadre du festival du premier roman de Chambéry. Les évènements politiques au Burkina Faso – mouvements sociaux et départ du Président Blaise Campaoré – ont mis en suspens le fonctionnement des services publics. Celui-ci redémarre petit à petit. Mais les deux comités de lecture, créés à Ouahigouya et à Chambéry, n’ont jamais cessé leurs échanges qui se font par tchat autour de premiers romans et de romans africains. Chaque comité participe à la sélection des auteurs invités en mai pour le festival. À cette occasion les lecteurs de Ouahigouya tchatent avec les auteurs qu’ils ont sélectionnés. La coopération entre les bibliothèques de Chambéry et de Ouahigouya est bien une histoire riche de rencontres croisées  entre le nord et le sud, entre deux bibliothèques et leurs lecteurs, entre des auteurs et leurs lecteurs, et entre deux associations culturelles (coopération Chambéry Ouahigouya et Lectures plurielles) et leurs membres.

https://tinyurl.com/fr-bmouahigouya
https://tinyurl.com/fr-cdl-chambe-ouahi


Partenariat entre la ville d’Angers et Bamako
Sophie Massé, bibliothécaire jeunesse, bibliothèque municipale d’Angers

Depuis 1974, la Ville d'Angers est jumelée avec Bamako. L'éducation est un axe prioritaire de cette  coopération et c'est donc dans ce cadre que des Centres de Lecture et d'Animation pour les Enfants de la Commune (CLAEC) ont été édifiés par Angers dans les 6 communes de la capitale malienne. Les CLAEC accueillent notamment des enfants de 3 à 6 ans tous les matins – il y a principalement des jardins d'enfants privés au Mali. Les enfants y font différentes activités : récitations, animations par le livre, chansons et comptines, apprentissage de l'alphabet et des chiffres en français (les enfants parlent uniquement bamanankan).

Plusieurs directions de services de la Ville d'Angers sont investies dans la coopération Angers Bamako : Relations internationales, Culture et patrimoine,  Sports et loisirs, Éducation enfance, Santé publique,  Bâtiments, Environnement- déchets. Des missions transversales ont lieu sur place régulièrement pour assurer le suivi des différents projets et faire des échanges de pratiques entre nos métiers, par exemple sur le livre et le jeu pour ce qui concerne l’accompagnement des équipes éducatives des CLAEC. Nous avons là-bas un outil précieux : la Maison du partenariat Angers-Bamako, structure ouverte aux associations et autres villes françaises.

Concernant la bibliothèque, nous achetons et envoyons des livres neufs régulièrement (3.350 euros en 2017), couverts et renforcés, via un conteneur, l'offre de livres jeunesse étant très réduite au Mali. Acheter local nous semble primordial quand c'est possible. Nous privilégions la qualité à la quantité et essayons de coller au mieux aux besoins sur place. Nos échanges de pratiques nous permettent de nous adapter en permanence sur le type de livres proposés : livres-jeux, histoires illustrées, imagiers, etc.

Ce partenariat est d'une très grande richesse, professionnelle et personnelle, il nous fédère entre services d'une même ville. À titre personnel, je mesure ma chance d'avoir pu découvrir le Mali grâce à mon métier de bibliothécaire jeunesse, ce projet m'aide aussi à faire du lien au quotidien dans ma bibliothèque de quartier.


Être éditeur en Afrique francophone aujourd’hui
Documentaire des Éditions Jeunes Malgaches sur le projet Les malles du savoir à Madagascar

Le film "Les malles du savoir" a été réalisé par Vero Rabakoliarifetra et soutenu par l'association Le livre aux mille zébus, qui appuie l'accès aux livres pour les enfants malgaches dans des zones isolées. C'est un véritable plaidoyer pour un meilleur accès aux savoirs et aux connaissances pour tous les enfants et pour une éducation de qualité. Beaucoup d'enfants dans ce grand pays qu'est Madagascar n'ont pas accès aux livres parce qu'ils sont dans des zones difficiles d'accès. Le seul moyen pour eux serait de faire circuler à vélo des malles de livres (édités à Madagascar, en malgache et en bilingue français/malgache). Trouvons ensemble les moyens de démultiplier cette initiative.